La noblesse ou le sang bleu : un peu d’histoire

sang bleu

Quand il est question de « sang bleu », on pense immédiatement à la noblesse et aux familles qui sont issues d’un milieu très aisé, ces personnes qui évoluent dans les hautes sphères sociales. Cette qualification ne tient pas du hasard. Découvrez d’où vient cette expression très éloquente…

Sang bleu ou noblesse

Quand on dit de quelqu’un qu’il a le sang, c’est tout simplement pour dire qu’il appartient à la noblesse. C’était en tout cas l’expression qui était en vigueur durant l’ancien Régime. Celle-ci serait née au sein des illustres familles royales européennes, en l’occurrence celles de France et d’Espagne. Mais comment ? D’abord, cela n’aurait rien à avoir avec le fait que le « bleu » soit considéré par beaucoup comme étant la couleur de la noblesse. Ce serait une histoire de couleur de peau et de couleur de veines…

Explications

Pour connaître et comprendre l’origine de l’expression « avoir le sang bleu », il faut remonter au XVIIe siècle. A cette époque, les hommes ainsi que les femmes qui appartiennent à la noblesse se font le devoir d’avoir une peau aussi blanche que possible. En plus de vouloir une carnation très blanche, les membres de l’aristocratie étaient également en quête d’une peau ultra fine. De cette façon, les veines finissaient par ressortir et celles-ci se caractérisent par une couleur bleu.

Pour optimiser les résultats, les membres de la noblesse faisaient alors en sorte de s’exposer le moins possible au soleil et de toujours rester à l’ombre. Ils se font ainsi le devoir de rester dans leurs vastes résidences. Et pour entretenir leur peau diaphane, ils avaient également recours à des produits de soin pour le visage, mais aussi pour le corps.

Cette « lubie » n’était accessible qu’aux plus riches. Il s’agit d’un luxe que ne pouvaient se permettre les gens « pauvres » qui doivent gagner leur vie dans les champs et donc sous le soleil. Inévitablement, ceux-ci ont une peau plus bronzée. Pour sa part, la mode de la peau blanche a été adoptée par les membres de la bourgeoisie et a perduré jusqu’au XIXe siècle.

Laisser un commentaire