Jacqueline de Ribes à l’honneur au Metropolitan Museum of Art

Jacqueline-de-Ribes

Jacqueline de Ribes est connue pour être une aristocrate respectueuse des traditions. Elle a toujours gardé ses bonnes manières. Tout Paris la connait, car c’est d’ailleurs elle qui est à l’origine du terme ‘Jet-set’.

 

Une passionnée des costumes

La comtesse a épousé le vicomte Edouard de Ribes à ses 18 ans. Elle a toujours été entourée de son personnel stylé et de ses gouvernantes anglaises. Elle consacrait des heures à confectionner ses costumes authentiques pour apparaitre telle une créature d’opéra lors de ses sorties.

Jacqueline s’est fait inviter dans ses soirées organisées où différentes personnalités étaient présentes : Marlon Brando, Andy Warhol, Liz Taylor… Lors d’un diner organisé par les Windsor, elle était arrivée en retard, car elle a dû passer des heures à s’habiller telle une sultane orientale. Durant cette soirée, elle a fait la une des journaux à cause de son costume hors du commun. En effet, elle l’a conçu en découpant plusieurs robes de haute couture.

 

Une visite des ateliers de Christian Dior

À 9 ans, la comtesse demande à son oncle de faire une visite des ateliers de Christian Dior, la maison où sa grand-mère s’habille. Elle y a remarqué que tout était beige et blanc, et c’est ce qui l’a incité à plonger dans l’univers de la mode. Plus tard, elle décide de collaborer avec les meilleures patroneuses, couturières… C’est ce qui lui a permis de créer des costumes de ballet, de théâtre, des tenues de collection… À 53 ans, elle est aidée par Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent pour l’organisation du premier défilé dédié à sa propre marque J.R.

 

Le travail avant tout

Pendant 3 ans, elle signe pour les magasins Saks Fifth Avenue. Elle laisse de côté les diners et les soirées et se consacre entièrement à son travail. Acharnée par son travail, elle succombe au surmenage et aux tensions. Son dos se coince et elle a dû subir une opération au niveau des vertèbres.

Selon la comtesse, son enfance était difficile. Son enfance s’est terminée à ses 9 ans (en 1939), lorsque l’armée allemande a confisqué les immeubles de sa famille. Mais l’envie de vivre était devenue indispensable après la guerre, après qu’elle ait connu les pires atrocités.

Le Metropolitan Museum of Art lui dédie une exposition à partir du 19 novembre 2015 jusqu’au 21 février 2016.

Laisser un commentaire